Anticipation

Je pourrais être au chaud dans mon appartement

Le matin discuter en prenant mon café

Et voir la pluie tomber de mon bureau chauffé

Vivre en Parisien bien confortablement

 

L’avion me posera sur une piste de terre

Dans le sud-ouest de l’île, le lieu le plus pluvieux

Avec huit jours de bouffe, l’imperméable douteux

Au pays de la boue, celui dont les rivières

 

Se nourrissent grassement de trois cents jours de pluie.

De l’eau jusqu’au genou, nous les traverserons

Par ici les chaussettes détrempées resteront

Comme du reste les chaussures et les autres habits

 

Pas le droit de faillir : une semaine nous sépare

Du premier bistroquet, la première mobylette

Pour héler les secours, réseaux et internet

Seront inexistants, pas même une petite barre

 

Or avant d’aborder cette piste très sauvage

Je me sens aspiré par l’esprit d’aventure

J’ai envie de plonger dans cette fauve nature

D’affronter la rudesse brute de ces rivages images (12)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s