Dessous les monts Hazards

La plage était jolie, certes, parsemée de boules

De granite coloré. Son sable granuleux

Ne manquait pas de charme et l’astre lumineux

Peignait en tons vert-bleu des eaux exemptes de houle.

 

Mais c’était la dixième de ces quelques journées

Passées en bord de mer dessous les monts Hazards

Où la seule surprise me vint d’un gros lézard

Mastoc à langue bleue. Pour me désennuyer

 

Sautai de bloc en bloc, contournai la falaise

Là trouvai un sentier de toutes les cartes absent

L’empruntai malgré tout pour quelques courts instants

(après en escalade il fallait être balèze

 

Et avoir du matos). Mais sur ce court tronçon

Des talus somptueux de granite plongeaient

Vers l’océan placide. Dessus, de grandes traînées

D’ocre, de noir et de rouge, couleurs de Roussillon

 

Et puis, vert, blanc et gris. Quel émerveillement !

Quelle méthode fertile de laisser quartier libre

À ses yeux pour choisir le chemin qu’on va suivre

Sans idée préconçue, sans s’imposer de plan

 

Et dans une randonnée au plein sens de ce mot

Il faut lancer les dés, il n’y a pas d’autre règle

Pour trouver ces endroits où seuls vont les grands aigles

Et les marcheurs chanceux recherchant du nouveau IMG_20191115_160301btrIMG_20191116_084330.jpg

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s