Dans les Grampians

UnbtrIMG_20191128_085715.jpgIMG_20191127_083937.jpg marcheur de rencontre m’a conseillé ces monts

Accessibles en transport, chose rare en Australie

Petit massif de grès où sur de vertes prairies

Paît l’émeu aux grands yeux, aux pattes et cou longs

 

Un labyrinthe de blocs aux formes biscornues

À l’air bellifontain, en bien plus montagneux

Et sans les Parisiens ! Des chemins sablonneux

Joignent falaises et forêts aux plantes inconnues

 

Aux fleurs en forme de tube où vient se rassasier

Un oiseau au bec fin et au jaune plumage

Parfois entre deux rocs court un étroit passage

Le grès est abrasif, il pourrait déchirer

 

Le sac ou bien la tente, ou bêtement me coincer

On empoigne alors ce fardeau bien lourdingue

On le pousse comme on peut entre ces gros poudingues

Au sommet cet effort sera récompensé

Great Ocean Walk

Sur l’immense continent je recherche le sec
Les marches où l’on peut espérer que les pluies
Se feront plus discrètes et puis la neige aussi
Celui que j’entreprends me semble un bon trek

Au titre prometteur :Grande marche de l’océan.
Certes il n’y tombe pas goutte mais le vent déchaîné
Lance le sable des plages sur ma peau exposée
Imitant à merveille le fameux instrument

Qui nettoie les façades, qu’aiment certains politiques
Une fois dans la forêt je suis bien abrité
Mais je surveille les branches haut dans la canopée
Les troncs frappent et se cognent dans un vacarme mythique

Alors que je contourne l’immense eucalyptus
Une grosse peluche grise escalade son tronc
Le koala timide avec son visage rond
Dont le côté mignon fait pour tous consensus !

La nuit un grondement semblable à la fois
Au grognement d’un chien, au sanglier fouineur
Au ronron du gros tigre digérant le dompteur
Déchire le silence et me glace d’effroi

Quel peut être ce fauve à la puissante voix ?
Elle retentit encore dans le petit matin
Et m’accompagne toujours au long de mon chemin
Vu dans la canopée :  c’était un koala !

À part le premier jour et son vent ensablé
Les conditions de marche ont été idéales
Ni trop chaud ni trop froid, pas de pluie tropicales
Les criques à l’eau verte, pour seule empreinte, mes pieds

Les vagues sont puissantes et tombent avec fracas
Alors que j’avançais sur le sable mouillé
Une vague scélérate par derrière m’aspergeait
Me trempant les chaussures, rien de grave cette fois

Ce sera une leçon pour les plages ultérieures
Des vues réjouissantes sur falaises et rivages
Les levers de soleil embrasent les nuages
Serpents et kangourous, ces derniers chamailleurs

Et des perroquets rouges complètent le tableau
Les campings sont pratiques, bien protégés au sein
D’un bois d’eucalyptus. Les soirs y sont sereins
Chaque jour nous entraîne vers des plaisirs nouveaux !btrbtrdavdavIMG_20191122_133211.jpg

Dessous les monts Hazards

La plage était jolie, certes, parsemée de boules

De granite coloré. Son sable granuleux

Ne manquait pas de charme et l’astre lumineux

Peignait en tons vert-bleu des eaux exemptes de houle.

 

Mais c’était la dixième de ces quelques journées

Passées en bord de mer dessous les monts Hazards

Où la seule surprise me vint d’un gros lézard

Mastoc à langue bleue. Pour me désennuyer

 

Sautai de bloc en bloc, contournai la falaise

Là trouvai un sentier de toutes les cartes absent

L’empruntai malgré tout pour quelques courts instants

(après en escalade il fallait être balèze

 

Et avoir du matos). Mais sur ce court tronçon

Des talus somptueux de granite plongeaient

Vers l’océan placide. Dessus, de grandes traînées

D’ocre, de noir et de rouge, couleurs de Roussillon

 

Et puis, vert, blanc et gris. Quel émerveillement !

Quelle méthode fertile de laisser quartier libre

À ses yeux pour choisir le chemin qu’on va suivre

Sans idée préconçue, sans s’imposer de plan

 

Et dans une randonnée au plein sens de ce mot

Il faut lancer les dés, il n’y a pas d’autre règle

Pour trouver ces endroits où seuls vont les grands aigles

Et les marcheurs chanceux recherchant du nouveau IMG_20191115_160301btrIMG_20191116_084330.jpg

 

 

Toute la Tasmanie ? Non !

Après l’épopée blanche, je devais aborder

Un autre grand sommet, « le chapeau du François »

Quand je lui en fis part : « Mais vous êtes fada ?

On attend de la neige, du vent et des gelées.

 

C’est folie d’entreprendre ça et puis les nuages

Boucheront toute la vue » me dit une ranger

« Je serais à votre place je marcherais ailleurs.

Il y a sur cette île bien d’autres paysages. »

 

Je cherche sur internet la carte météo

Comme le village gaulois seule une péninsule

Résiste au marasme, territoire minuscule

Où l’on peut s’exclamer « Ah ! Que le temps est beau !  »

 

Me voilà revenu sur cette extrémité

Où près de blanches plages sautillent des dauphins

Et sur de rouges collines les serpents prennent un bain

De soleil sans savoir qu’ils sont privilégiés.

btr

 

L’épopée blanche (cette fois c’est fini !)

La caravane

Vingt personnes en même temps font la même randonnée
Chaque soir se retrouvent au refuge suivant
De refuge en refuge toujours les mêmes gens
Progressivement des liens entre eux se sont liés

Le matin on s’enquiert des projets de chacun
Des groupes partent ensemble dans les monts enneigés
Petite caravane s’étire sur le sentier
Les premiers s’efforcent de trouver le chemin

Parfois bien caché sous une couverture blanche
Où l’on peut voir parfois des traces de wallaby
De wombat ou de diable. Les suivants sont ravis
Que la trace soit faite et personne ne flanche.

Lorsqu’on est au refuge un feu est préparé
On s’assure que chacun est arrivé au bout
Du chemin saint et sauf. Les copains de baroud
Échangent des impressions durant toute la soirée.

btrmdnbtrbtr

L’épopée blanche (encore !)

Cet avant-dernier jour, pour voir quelques cascades

Il a fallu glisser sur des billots glacés

Traverser des rivières, de l’eau jusqu’au mollet

De profondes flaques de boue couronnèrent la balade

 

Des branches lourdes de neige te fouettent le visage

De lourds paquets fondants te tombent sur le crâne

Tu rippes sur une racine, tu gueules comme un âne

La randonnée du jour a fait bien des ravages! IMG_20191109_093213.jpgIMG_20191109_102006.jpgIMG_20191109_113408.jpg

L’épopée blanche (suite)

La nuit fut excellente : en guise de chaussettes
J’ai pris des sacs plastiques, en ai vêtu mes pieds
M’assurant à vrai dire un confort bien douillet
Ce fut pour mon problème une solution honnête

Néanmoins aujourd’hui j’ai mis des sacs étanches
Autour de mes vêtements et tout ce qui craignait
Les prévisions du jour, un ciel très encombré
Promettant de nouveaux glaçons tombant des branches

Au matin les chaussures-éponges pleines d’eau-
Furent dures à enfiler, mais en marchant un peu
Elles devinrent plus chaudes, si bien qu’au bout de deux
Minutes on les oublie, en avant la rando !

Tout le jour dans la neige, splendides paysages
Il fut moins nécessaire de mettre les pieds dans l’eau
Des sommets saupoudrés nous saluaient d’en haut
On a pu collecter de leurs formes les imagesIMG_20191107_094951.jpgIMG_20191107_125707.jpgIMG_20191107_200316.jpg

L’épopée blanche

L’épopée blanche

Sur ces montagnes de l’ouest, moins hautes que le Mézenc,
Où chaque année il tombe près de trois mètres d’eau
On était prévenu par une vidéo
Message sécurité où sur un bois de pin

Alternent le soleil, la neige et les grêlons
Préparez-vous les gars, ici c’est du sérieux
Le temps peut refroidir en bien moins de temps que
Vous avez l’habitude. Et le creux du vallon

Qui était vert tantôt dans une heure peut être blanc
Tu étais en tee-shirt te voilà qui grelotte
Trempé de pied en cap et tes petites quenottes
Claquent. Te voilà qui enfile des couches de vêtements

Ce soir à gros flocons la neige a recouvert
Le sentier bien marqué d’un tapis d’une blancheur
Tout-à-fait éclatante. Au refuge la fraîcheur
Est vive. On se croirait au milieu de l’hiver !

Et à la première heure, spectacle féerique
C’est un manteau de neige d’une belle épaisseur
Très beau bien entendu, mais pour l’humble marcheur
Une promesse d’enfer, un piège diabolique

Va-t’on voir le sentier, se perdre dans la brousse ?
Au moindre pied cassé, mort par hypothermie
Personne ne vient t’aider, pas de réseau ici
Avant de me lancer, j’avoue que j’ai la frousse

Je m’incruste dans un groupe pour plus de sûreté
Les trois premières heures sont assez idéales
Les pas dans la poudreuse et des vues pas banales
Des eucalyptus tout de neige enveloppés

La marche se déroule dans un silence parfait
On rit de son angoisse et profite du moment
Puis la neige qui fond. Tout change rapidement
Ce ruisseau d’eau glacée que devient le sentier

Il faut pendant des heures y plonger ses chaussures
Pieds et chaussettes trempés. Des arbres tombent en masse
Des tas de neige fondue, de pluie froide comme la glace
Ce chemin devient long, de grêle et de froidure

Comment donc ai-je pu faire cette chose bien stupide
J’avais des sacs plastiques, j’aurais dû protéger
Duvet et matelas qui sont salement mouillés
Promettant au refuge une nuit bien humide IMG_20191108_115212.jpgIMG_20191105_140319.jpgIMG_20191109_070148.jpg

À nous les petites montagnes

sdrUne page se tourne, celle des longues plages

Des côtes et des falaises, des vagues bleues et vertes

Des coquillages, otaries et mouettes

Depuis août je n’ai vu des monts les verts alpages.

 

Allons ! Les cols, les torrents, les sommets m’appellent

Attendent que mes souliers viennent imprimer leur trace

Depuis trois mois bientôt mes empreintes s’effacent

Et tout mon être a faim de ces neiges éternelles

(demain, départ pour les montagnes du centre de la Tasmanie, pour une randonnée de 6 jours appelée l’overland track. Puis 3 jours vers le Frenchman’s cap)

Le bon port

À vingt mille kilomètres de son appartement

On n’a pas de chez soi où l’on peut se poser

Quand le ciel est pluvieux ou que l’on est blessé

Recharger ses batteries attendre le beau temps

 

Ou une pièce détachée qui vient du continent.

Le Nook accepte tous les gens à sac à dos

Les routards sans un sou les vieux fans de rando

Beaucoup de jeunes aussi Australiens pour un an

 

Venus gagner leur croûte et surtout s’amuser

Pour une somme modique on y est accueilli

Dans un petit dortoir on y trouve un lit

Une cuisine très pratique du thé et du café

 

Dans le très grand salon tu peux y rencontrer

Ornithologue teuton ou YouTubeur chinois

Partager une bière ou bien un bon repas

Je sais si j’ai besoin où me réfugier

btr