Les sanglots longs de l’automne

Réfugié sous ce toit je suis un peu coincé

L’automne que je croyais seulement tout au Nord

Sévit à Varsovie où la pluie tombe encore

Elle nous aura suivi sur tout notre trajet

 

Me voilà devenu un homme d’intérieur !

Moi qui rêvais pourtant d’horizons infinis

Je fuis la froidure dans tous types d’abris

Des cryptes et des musées, des débits de liqueur

 

Ce pied que je croyais solide, indestructible

Un lacet trop serré suffit pour le blesser

Cet automne a du bon :je dois le reposer

Pour pas que ça empire, ce qui serait horrible

 

Attendons le printemps. C’est la semaine prochaine !

Sous le soleil Tasman tout reprendra son cours

Une nature renaissante sur le sol mon pas lourd

Après cette pause forcée revient ce que l’on aime !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s