Ami, fais du vélo

Le temps s’écoule vite, déjà une semaine.
Pour un esprit inquiet ce serait angoissant
Quant à moi je profite de tout à tout instant
Et contemple la route de Rochelle en Mayenne

D’un regard satisfait. Je conseille à tous ceux
Qui ignorent le vélo de descendre à Angers
D’enfourcher une bécane et de se diriger
Vers le nord vers Laval sur les sentiers ombreux.

Au prix d’un faible effort aurez pour récompenses
L’envol d’un beau héron, d’antiques moulins fleuris
Nager dans la rivière quand le soleil forcit
Maints chapiteaux sculptés et manoirs vieille France.

Secoue-toi, mon lecteur, il y a tant de choses
À voir dans ce pays, de richesses méconnues
Que Paris n’offre pas, hors des sentiers battus
Et ce silence parfait qui de la ville repose.

Il fait chaud et beau

Dans cet ouest tempéré connu pour sa douceur,
Ses jardins parfumés ses demeures ancestrales
ses roses et ses poètes, sa grandeur médiévale
nous peinons dans les côtes tant monte la chaleur


Les rivières sont belles on y plonge à l’heure chaude
dans dix jours ce beau temps les campings tout confort
seront bien oubliés paraîtront un âge d’or
les douches à trente sept cinq un douteux épisode


Le temps qui est prévu dans cette terre polaire
me fera regretter ce soleil permanent
le linge qui sèche vite avec un petit vent
les nuits étoilées et ce ciel toujours clair


Ce dragon fantaisiste qu’on appelle réchaud
sera mon compagnon – reste à l’apprivoiser
il crache de la suie quand il est bien luné
quand il est en colère c’est un vrai chalumeau


Parfois il a la flemme malgré toutes mes promesses
rien ne rallume sa flamme on mange un repas froid.
un autre de mes problèmes est la taille de mon bras
au sortir de mon sac je maudis ma souplesse


Pour mettre des chaussettes il faut atteindre le pied
avec ce dos moulu je dois user de ruse
en voyant ce spectacle ma femme s’en amuse
au moins dans le grand Nord elle pourra plus s’moquer