Le premier pas

Il y a des années, c’était dans l’ancien monde
Hollande présidait, Ayrault le secondait
Roses filles et bleus garçons, la droite défilait
Et le maire de Londres avait une tignasse blonde

Depuis plus de vingt ans le même quotidien
Et l’insidieuse usure d’abord de petites rides
Colonisent le front avec une hâte stupide
Et les cheveux blancs croissent avec le même entrain

Ce dos que je pensais être un fidèle soutien
Déjà m’a prévenu que rien n’était acquis
Trop tôt viendra le temps de se passer de lui
Si tu ne réalises pas tes rêves dès demain

Ces rêves seront regrets dans un proche avenir
Quel est le tien mon vieux ? Vivre la vie sauvage
Va donc par les forêts les champs et les bocages
Et les âpres montagnes tant que tu peux courir.

Il a fallu six ans (toujours cette illusion
Qu’on aura tout le temps) pour enfin m’envoler
Laisser derrière ma vie et simplement marcher
Les sentiers solitaires vers le septentrion.

Au sortir de la gare dans un lieu désertique
Je vis mon premier pas bien chargé d’émotions
Il ouvre grand la porte de cette expédition
Me propulse dans le cœur de ma rando épique

Il ne me déçoit pas, bien ferme sur le sol
Le train est reparti, l’endroit est silencieux
Sur le gravier ma grolle fait un bruit délicieux
Comme Armstrong sur la Lune je mime mon envol.

Puisses-tu, pas héroïque, croître et multiplier
Être le précurseur de bien d’autres encore
Et ouvrir mon chemin vers l’Ouest ou vers le Nord
Aujourd’hui l’euphorie a complètement gagné !

Un commentaire sur “Le premier pas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s