Dans les limbes parisiennes

Le sac fait puis défait et de nouveau refait
Nombreuses les victimes de ce tri draconien
Soulager mes épaules est le suprême bien:
Je ne veux pas finir sous mon sac écrasé.

Je sentirai moins bon, n’aurai pas toujours chaud
Pas de maillot de bain un confort limité
Mais il fallait bien ça pour pouvoir avancer
Dans la toundra nordique un peu à l’ouest d’Oslo.

Maintenant, le sac prêt, j’attends l’heure où mon pied
Foulera les sentiers loin des villes en transe
Pour chercher le grand calme sur les plateaux immenses
Je pourrai enfin dire : j’ai ce que j’ai cherché

Plus prosaïquement, je m’envole demain pour Oslo. Le lendemain je prends un train pour Finse dans le Hardangervidda, un plateau d’altitude dont la végétation est de la toundra. Deux jours de beau temps sont prévus, puis une semaine de pluie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s