C’est parti pour de bon

Les adieux sont faits, l’ordinateur rendu
Je franchis la barrière sous un soleil de plomb
Un an de liberté le congé le plus long
Au lieu de l’euphorie une joie retenue

Je ne réalise pas, au lieu d’être intense
L’émotion est ténue, un calme sentiment
Pas de raptus chez moi, encore moins de danse
Je hais de ne savoir savourer le moment

Dès demain dans le train nous mettrons les vélos
À midi la Rochelle, et nous pédalerons
Le soleil sur la nuque vers le septentrion
Les marais poitevins et leurs ombreux canaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s