Silence à Athènes

Chante, Ô muse, la colère du virus, le covid

Colère funeste, qui causa tant de malheurs

Fermeture des musées, des restaus à cette heure

Le Grec barricadé, les rues étrangement vides

 

Où l’on croise parfois le visage masqué

D’Athéniennes aux beaux yeux prenant des précautions

Pour ne pas respirer cet inquiétant poison

Étrange épilogue de ma brève Odyssée

 

Des pays à l’arrêt, les frontières sont étanches

On ne s’embrasse plus, la moindre toux est suspecte

Et quand je t’ai touchée, vite tu te désinfectes

Au gel qui sent l’alcool, éternues dans ta manche

 

Ne devrais-je pas mieux rester dans la nature

Reprendre sac et chaussures, repartir vers l’air frais

Ne pas croiser partout tous ces regards inquiets

Attendant que ça passe reprendre l’aventure ?

 

Photos : les Anciens, déjà, portaient le masque

-Agamemnon

-et un barbu anonyme, mais souriant

IMG_20200311_134316_copy_416x555IMG_20200311_210425_copy_472x629

 

Épilogue ?

Durant tous mes voyages, j’ai été à la fois

Le disert troubadour, le chevalier errant

C’est un fait assuré, on ne peut maintenant

Se soustraire aux regards, c’est l’implacable loi

 

Et l’on chante ses louanges pour éviter que d’autres

Exhumant un cadavre ne s’en chargent à votre place

Mon quotidien ne fut pas tous les jours sensass

Et notre aède dut, pour satisfaire votre

 

Appétit d’émotions appliquer une loupe

Grossissante où un chien, caniche à sa mémère

Se muait en molosse salivant de colère

Un brave marsupial au repos sur sa croupe

 

En être majestueux, fougueux et sanguinaire

Afin de compenser l’absence de dragons

Lézards bruns et serpents sommeillant sur un tronc

Ont aussi complété le fabuleux bestiaire

 

Et voilà que j’atteins la rive du retour

J’arrive dans un pays déserté, calfeutré

Où une fièvre étrange a tout mis à l’arrêt

Et des passants masqués font un large détour

 

L’essentiel à mes yeux est que cet exercice

A été un lien ténu mais régulier

Avec quelques amis, collègues et familiers

Qui par leurs commentaires, parfois plein de malice

 

M’ont fait moins solitaire. Que ce petit noyau

De lecteurs assidus qui furent assez tenaces

Pour suivre l’épopée sans jamais être las

En soient remerciés : c’est vous les vrais héros !

Photos :

Un minotaure

Le temple d’Héphaistos à Athènes

Une belle grimace !

IMG_20200311_133004_copy_665x887IMG_20200313_175242_copy_520x390IMG_20200312_180502_copy_519x814

Les poupées russes

Comme au Tour de France l’avant-dernière journée

Emprunte les lacets des routes de montagne

Et puis le lendemain on vient jouer la gagne

Sous l’Arc de Triomphe, sur les Champs-Élysées

 

Je me suis rapproché en stop et puis en bus

De l’objectif final, la ville aux grandes tours

Ai dormi à dix bornes, et puis le dernier jour

Parcouru quelques plages, atteint le terminus

 

Que je m’étais fixé pour Te Araroa

Arrivée moins voyante que celle du Tour cycliste

Malgré tout saluée par d’amicaux plagistes

Qui voyant ma dégaine ont reconnu en moi

 

Un adepte du sentier aux dimensions mythiques

Et m’ont encouragé avec leurs joyeux cris

Ignorant que j’avais pris quelques raccourcis

Rendant cette odyssée un peu moins homérique

 

Il me restait du temps, ai donc quitté Auckland

Pour la ville de Thames d’où suis parti marchant

Trois jours vers le Pinnacle un ultime volcan

Manière de dire Adieu à la Nouvelle-Zélande

 

Voir un dernier Kauri, trois mètres de diamètre,

Une forêt de fougères, les oiseaux familiers

Quelques rivières paisibles à traverser à gué

Et d’un petit sommet de la vue se repaître

 

Adieu la marche à pied, du moins pour quelques temps

Dans une semaine serai revenu au pays

Dans mon congé d’un an, j’en prends un plus petit

-gigogne sabbatique- que je veux différent

Photos :

Le Cookson Kauri, 10 m de circonférence

Le Pinnacles, en haut à gauche. Nom bien ambitieux pour ce sommet de 759m !

Une belle forêt de fougères arborescentes

IMG_20200306_135011-744x992IMG_20200306_095141-992x744IMG_20200307_133448-992x744

Retour au bercail

Arrivé à deux heures dans ce camping immense

Au bord d’une grande plage grouillante de surfeurs

De licornes gonflées et du cri des nageurs

S’ébattant dans l’eau bleue, courant dans tous les sens

 

Le soleil encore haut tous quittent le bord de mer

Montent dans leur voiture avec tous les bambins

C’est que demain il faut reprendre le turbin

Comme tous les lundis dans la grande fourmilière

 

Moi, j’erre solitaire entre leurs bungalows

Seuls moineaux et grillons meublent le grand silence

Et au loin le roulis des vagues qui s’élancent

Sur la plage déserte pour cinq jours de boulot

 

Un sentiment étrange m’étreint : je les envie !

Au sein de ma famille reprendre une vie normale

Un labeur quotidien dans la ville infernale

Je sature de la marche et d’être seul la nuit.

Photo: un vol d’oies part vers le Sud, curieusement

 

IMG_20200301_164348-457x343

Ça sent l’écurie !

Le lecteur m’a quitté un jour d’épuisement

D’incessantes montées, de discrètes descentes

Les journées qui suivirent furent bien moins éprouvantes

On avance désormais moins douloureusement

 

Côtes plages et forêts de Kauris se succèdent

À l’horizon se hissent des îles volcaniques

Et à nos pieds déferlent les vagues du Pacifique

Avec lesquelles jouent de splendides palmipèdes

 

La seule difficulté est liée à la marée

Il faut tous les jours bien connaître ses horaires

Sans quoi on est coincé pour passer l’estuaire

Il faut attendre des heures avant de traverser

 

De km il ne reste pas plus de cent cinquante

Avalé les trois quarts, dans quelques jours enfin

L’arrivée à Auckland, ce but n’est plus lointain

Nous voilà presque au terme de cette longue sente

 

On goûtera le plaisir d’être arrivé au bout

Se reposer un peu avant de prendre l’avion

Pour notre vieille Europe, pour le septentrion

Où l’on dit qu’un virus rend les gens un peu fous

Photos :

Un pou whenua, totem apaisant !

Mer et campagne

La côte Pacifique. Un œil exercé verra des orgues basaltiques

IMG_20200226_182716-744x992IMG_20200227_162942-992x457IMG_20200229_120518-992x744

Toujours plus haut !

Une petite promenade, je devrais en avoir

Pour pas plus de six heures sauf imprévu notable !

Pas de rivière en crue ni de terrain instable

Les conditions sont bonnes, je démarre plein d’espoir

 

Les premiers mètres confirment ce qui était prévu

Herbe tendre terrain souple juste une petite pente

Qui rejoint la forêt aux racines saillantes

Quelques marches élevées-un peu dur ce début-

 

Après ce tournant on pourra se reposer

Mais non c’est incroyable, c’est que ça monte encore !

Et voilà que finit la fraîcheur de l’aurore

La pente est toujours rude sous ce soleil d’été

 

Je ferai une pause sur le prochain replat

Au bout d’une demi-heure il n’y en a pas eu

Je finis par craquer et jette sur le talus

Ce sac à dos trop lourd. Je me repose là

 

Je suis bien requinqué. Mais tout de suite c’est dingue

Un mur infranchissable, mes cuisses sont à l’arrêt

Elles semblent impuissantes tout comme mes mollets

Il est des jours comme ça où le corps se déglingue

 

Et refuse d’avancer. Après plus de neuf heures

De grimpette continue, me voilà arrivé

Au bord d’un estuaire, un camping ombragé

Au niveau de la mer, amis cherchez l’erreur !

Photos :

Vue sur la mer au petit matin

Un peu plus tard, les fameux nikaus, palmiers néo zélandais

Et un Kauri, arbre fétiche ici !

La Nouvelle-Zélande, c’est surtout ce genre de vue :des alpages à mouton ou à vache (ici un peu jaune pour cause de sécheresse)

IMG_20200225_071715-992x744IMG_20200224_133609-992x744IMG_20200224_143518-744x992IMG_20200225_094740-992x744r, amis cherchez l’erreur !

Longue sera la route !

Nous voilà donc enfin sur Te Araroa

Cette longue randonnée, le Camino d’ici

En guise de coquille la mascotte choisie

Un motif maori que l’on découpera

 

Dans une algue géante échouée sur la plage

De la première étape. Dans ce nord tropical

Le temps est chaud et sec en cet été austral

Je suis vraiment tout seul : on débute ce voyage

 

D’habitude en novembre, car il dure cinq mois

Et le marcheur préfère éviter l’air glacial

Une sorte de Finistère de cendres et de sable

Inaugure le parcours puis un vénérable bois

 

Belle forêt primaire où pousse le nikau

Le palmier de cette île et des Kauri très droits

Ceux dont on fit les coques des canots autrefois

Au fond de la rivière, pieds et genoux dans l’eau

 

J’ai lutté pour passer contre mes propres doutes

Une fois sur la terre ferme j’ai perdu mon chemin

Puisé dans mes ressources pour rejoindre enfin

Une piste forestière et reprendre la route

 

Maintenant arrivé dans une baie magnifique

À l’infinité d’îles où vaquent les voiliers

Je me repose un jour avant de rempiler

Reprends un peu de forces après cette marche épique.

Photos :

Mascotte faite maison

Le cap Maria van Diemen

La forêt de Puketi… Et la fameuse rivière

Repos ! Dans la baie des îles

IMG_20200223_214931-620x827IMG_20200218_161926-992x744IMG_20200220_132153-992x744IMG_20200223_151829-992x744

Fini les vacances !

Nos jambes toujours en marche ont pu se reposer

Après un tour au lac Waikaremoana

Parcouru sous les arbres d’une vénérable forêt

Aux cascades mousses et verts panoramas

 

Dans Napier la cité rasée par un séisme

Et qui a vu fleurir des façades art déco

Puis à Rotorua, ville de thermalisme

Aux sources d’eau bouillante qui servirent aux cuistots

 

Maoris de réchaud, dont c’est la capitale

À chaque coin de rue on tombe sur une Haka

De fougères tatouées, de grimaces magistrales

Aux yeux blancs révulsés, aux langues tirées à dia

 

Mais c’est fini ! Demain débute le pèlerinage

Depuis cap Reinga, de cette île l’extrême nord

Le Te Araroa, le sentier qui voyage

À travers ce pays jusqu’à son austral bord.

 

Plusieurs millions de pas, toute la Nouvelle-Zélande

C’est un défi énorme qui requiert de longs mois

Je n’en ferai qu’un bout, j’irai jusqu’à Auckland

Pour les vingt jours qui restent, un beau morceau déjà !

Photos :

Falaise de Panekire, bord du lac Waikaremoana

Une usine Art Déco à Ahuriri (sic !), quartier de Napier

Une belle grimace de bois

IMG_20200212_101609-1200x576IMG_20200211_203620-956x510IMG_20200216_095352-992x744IMG_20200216_131330-425x957

Intermède

Entre deux longues marches sur les pentes abruptes

Les plateaux exposés où ploie le flasque flax

Les vallées où souvent s’écoule un lahar brut

Notre héroïque marcheur quelque temps se relaxe

 

Il se laisse séduire par les délices de Taupo

Goûte les eaux du lac, bulle dans les sources thermales

Regarde d’autres frémir et sauter de là-haut

De la falaise droite, poussant un cri primal

 

Dans des parcs arborés au soleil du matin,

Il chille, le nez au ciel, cherchant de nouveaux vers

Quand il en a envie il s’essaie au dessin

Ou lorgne les kayaks qui remontent la rivière

 

Après de telles pauses, trouverai-je toujours

Vers de nouveaux efforts la force de me lever

Ou comme une patelle, le pied devenu lourd

Vaincu par le farniente resterai allongé ?

Photos :

Les volcans Ruapehu, Ngauruhoe et Tongariro au-dessus du lac Taupo

Un gardien du temple maori

IMG_20200207_204310-992x744IMG_20200209_161229-300x959

Contemplation

Autour de trois volcans au nom très autochtone

Tongariro étant de loin le plus aisé

Pour nous à prononcer, pour un temps j’abandonne

Mon esprit trop critique. Je le mets de côté

 

Et me laisse gagner par le plaisir primaire

De la contemplation de ces grands monts sublimes

De basalte et de cendres. Des étangs bleus et verts

Se lovent dans leurs cratères tout au fond de l’abîme

 

Des talus rouge sang ou parfois d’un blanc pur

Coulent de somptueux cônes d’une symétrie parfaite

Pierre ponce et obsidienne, poussière et lave dure

Se succèdent sous nos pas, et plus loin sur l’arête

 

Plus jaune d’un monticule vrombit un flot soufré

De vapeur colorée dégageant une senteur

Semblable à nos vignobles quand on les a traités

Dans leur étrangeté, pour notre promeneur

 

À chaque virage c’est un plaisir renouvelé

Un œuvre différent mêlant à sa manière

Une palette de couleurs infinie bariolée

Qu’on approche de l’extase dans ces jeux de lumière !

IMG_20200203_130945-992x744